ACTUALITÉS DANS LES MUSÉES

Le Salon du dessin est heureux de vous faire découvrir tout au long de l’année
les actualités des musées et des institutions partenaires

MUSÉES DE SOISSONS

Lucien Jonas

Dessinateur virtuose, maître du fusain et habile décorateur, Lucien Jonas est à l’honneur dans cette exposition consacrée à son activité durant les années 1920.

C’est durant cette décennie que l’artiste séjourne à Soissons pour décorer la nouvelle salle de l’Hôtel de la Croix d’Or (1928-1929). Un projet qui est précédé de plusieurs esquisses et dont la genèse est à chercher autour de 1922 alors qu’il travaille au sein de la Comédie Française.

Grâce à plusieurs prêts des descendants de l’artiste, de collectionneurs et d’institutions prestigieuses, l’exposition offre un éloquent aperçu des différentes manières d’aborder le dessin durant la période dite des Années Folles.

 

Jusqu'au 4 juillet 2021
Musées de Soissons
(musée Saint-Léger, Arsenal Saint-Jean, CCEA)
11, rue Saint-Jean
02200 Soissons

BEAUX ARTS DE PARIS

Le dessin romantique, de Géricault à Victor Hugo

Cette exposition propose d’esquisser les spécificités du dessin romantique – extravagance, lyrisme, désespoir et démesure – à travers une trentaine de feuilles aux techniques variées issues de la Collection des Beaux-Arts et pour la plupart inédites. Le parcours déploie tout l’éventail des thèmes associés au Romantisme et met en lumière les réalités du dessin romantique, plus variées et variables que l’apparente évidence de l’expression ne le laisse supposer.

 

Illustration
Isabey, Orage.(détail)
Beaux-Arts de Paris. Cabinet Jean Bonna

Jusqu'au 18 juillet 2021
Beaux-Arts de Paris
14 rue Bonaparte
75006 Paris

MUSÉE COGNACQ-JAY

L'Empire des sens, de Boucher à Greuze

Embarquez pour Cythère, l’île de l’Amour, sur les traces du peintre François Boucher, insolite et érotique, au gré de ses inventions les plus audacieuses.

A l’occasion du 250e anniversaire de la mort de François Boucher (1703 - 1770), le musée Cognacq-Jay explore le thème de l’Amour dans sa forme la plus licencieuse, au prisme des créations de Boucher et de ses contemporains - maître, rivaux ou élèves - tels que Watteau, Greuze et Fragonard.

Ce dialogue révèle comment Boucher, le peintre de Louis XV, s’impose comme une figure centrale du développement de l’art érotique au XVIIIe siècle.

Une centaine de peintures, dessins et estampes, qui traitent du désir autant qu’ils le suscitent, sont exceptionnellement réunis. Provenant de prestigieuses collections internationales publiques et privées, ces chefs-d’œuvre sont souvent présentés pour la première fois en France.

Le parcours de l’exposition prend une nouvelle ampleur en se déployant exceptionnellement dans huit salles du musée.

Jusqu'au 18 Juillet 2021
Musée Cognacq-Jay
8, rue Elzévir
75003 Paris

MUSÉE CONDÉ, CHATEAU DE CHANTILLY

Carmontelle

Carmontelle (1717-1806), de son vrai nom Louis Carrogis, est un officier au service des Orléans qui croque les portraits des hôtes du Palais-Royal à la pierre noire, à la gouache et à l’aquarelle.

Les Goncourt, passionnés d’art du XVIIIe siècle, le définissent comme « un homme qui a fait poser devant lui la société de son temps », de Buffon (1707-1788), naturaliste, intendant du Jardin du Roi, et La Condamine, chimiste, homme de lettres et voyageur, au géographe Cassini et au docteur Gatti, médecin du roi qui se livra aux premiers essais d’inoculation.

Les salons qui accueillent les philosophes des Lumières sont évoqués avec Mme d’Epinay, Mme du Châtelet, Ange-Laurent Lalive de Jully, et le duc de Chartres, Philippe-Egalité.

Carmontelle portraiture les écrivains Grimm, Bachaumont, les musiciens Jean-Philippe Rameau et Mozart enfant, jouant à Paris en 1763 avec son père et sa sœur.

Jusqu'au 1er août 2021
Musée Condé, Château de Chantilly
60500 Chantilly

PALAIS DE L'INSTITUT DE FRANCE

Lurçat intime

Lurçat intime, Œuvres sur papier de la collection de la Fondation Jean et Simone Lurçat - Académie des beaux-arts

Cette exposition d’une sélection des œuvres sur papier de la collection d’œuvres graphiques de la Fondation Jean et Simone Lurçat, mettra en lumière une part méconnue de la production artistique protéiforme de Jean Lurçat.

Œuvres au crayon, aquarelles, gouaches, fusains, pointes sèches et souvent des techniques mixtes, ce sont des esquisses, des croquis ou bien des œuvres très abouties. Cet ensemble offre un aspect de l’œuvre de Jean Lurçat largement inédit qui accompagne toute la carrière de l‘artiste.

La salle Comtesse de Caen, au sein du Palais de l’Institut de France, a fait l’objet d’une importante rénovation menée par l'architecte Jean-Michel Wilmotte, membre de l’Académie des beaux-arts, qui est également l’auteur de la scénographie de cette exposition inaugurale.
Invitée pour une « carte blanche », la photographe Françoise Huguier a réalisé un reportage sur ce lieu intime à l’authenticité préservée.

 

Illustration
Jean Lurçat, Les Amours d’0cello, 1919
© Collection Fondation Jean et Simone Lurçat - Académie des Beaux-Arts

Jusqu'au 15 août 2021
Pavillon Comtesse de Caen
Palais de l’Institut de France
27 quai de Conti
75006 Paris

MUSÉE EUGÈNE DELACROIX

Un duel romantique

Dans le cadre de l’exposition Un duel romantique, Le Giaour de Lord Byron par Delacroix, le musée national Eugène-Delacroix convie son public à la rencontre entre un grand peintre et un grand écrivain du XIXe siècle, à l’époque où l’Europe entière se passionne pour l’indépendance de la Grèce.

Tout au long de sa carrière, Eugène Delacroix puise son inspiration dans les romans et poèmes de l’écrivain britannique Lord Byron, le tableau La Mort de Sardanapale, conservé au musée du Louvre, en étant le plus célèbre exemple. Fasciné à la fois par l’Orient et par l’Angleterre, Delacroix trouve dans l’œuvre byronien des sujets à sa mesure. Leur fascination commune pour la Grèce et son histoire fait naître chez Delacroix en 1824 l’envie de représenter sur ses toiles l’un des poèmes de Lord Byron : Le Giaour, fragment d’un conte turc, publié en 1813.

Illustration
Eugène Delacroix, Deux Cavaliers combattants, vers 1826. Paris, Musée du Louvre, département des Arts graphiques. Graphite sur papier. © RMN Grand Palais (musée du Louvre) /Tony Querrec.

Jusqu'au 23 août 2021
Musée national Eugène-Delacroix
6, rue de Furstemberg
75006 Paris

MUSÉE DE MONTMARTRE

Le Paris de Dufy

La mémoire collective retient de Raoul Dufy (1877-1953) la dextérité de son trait, l’équilibre de ses compositions, son talent de coloriste, son sens de la synthèse et sa monumentale Fée Électricité ; et sous la plume des critiques, pour caractériser son œuvre, les mots de charme, distinction, légèreté, élégance, fraîcheur se sont imposés à la sensibilité commune.

L’exposition vous entraîne dans les pas de ce jeune artiste normand qui, descendant de son train Gare Saint-Lazare, découvre la capitale au début du XXème siècle et, du haut de la Butte Montmartre, le panorama parisien dont le paysage hérissé de ses monuments ne le quittera pas jusqu’à sa mort. Le Musée de Montmartre a pour ambition, avec cette exposition, de montrer et d'étudier le choix de la thématique de Paris comme motif dans l’œuvre de l'artiste : un sujet qui, malgré les nombreuses expositions dédiées à Raoul Dufy, n'a jamais été traité jusqu'à aujourd'hui.

L’exposition se veut aussi être un hommage à celui qui occupa l’un des ateliers du 12 rue Cortot -où se situe aujourd’hui le Musée de Montmartre- et qui à partir de 1911, s’installe au 5 impasse Guelma qu’il gardera toute sa vie : lieu qui vit naître un grand nombre de chefs-d’œuvre dont certains figurent dans l’exposition et qui fut durant toute la vie du peintre son point d’attache. Organisée selon un parcours thématique en dix sections, l’exposition ne vise rien de plus que de s’attacher à ce motif, qu’est Paris et qui accompagne Raoul Dufy l’introduisant dans ses plus ambitieuses et ses plus expérimentales réalisations. Elle permet de montrer aussi les domaines qui ont participé à son acte de création : peinture, aquarelle, dessin, gravure sur bois, tapisserie, croquis destinés aux tissus imprimés, céramique.

Jusqu'en septembre 2021
Musée de Montmartre
12, rue Cortot
75018 Paris

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE LYON

Les Flandrin, artistes et frères

Hippolyte (1809-1864), Paul (1811-1902) et Auguste (1804-1842) Flandrin comptent parmi les artistes les plus importants de la scène artistique à Lyon au XIXe siècle.

Des trois frères, Hippolyte est le plus célèbre. Élève préféré de Jean Auguste Dominique Ingres, il se distingue en tant que peintre d’histoire et par de grands décors. Il compte également parmi les portraitistes les plus recherchés de son temps.

Son frère cadet, Paul, se consacre lui aussi à ce genre mais son domaine de prédilection est le paysage. Le plus âgé, Auguste, demeure le moins connu, en raison d’un décès prématuré.

 

Ilustration
Musée des Beaux-Arts de Lyon
Edgar Degas, Étude de femme nue jouant de la trompe et deux études du corps drapé, pour Saint Jean-Baptiste et l’ange, vers 1857, Lyon, musée des Beaux-Arts (© Lyon MBA - Photo Martial Couderette).

Jusqu'au 5 septembre 2021
Musée des Beaux-Arts de Lyon
20, place des Terreaux
69001 Lyon

MUSÉE DU LOUVRE

Hommage à la Maison de Bourbon

L’exposition Hommage à la Maison de Bourbon. Pastels de Fragonard et Lemonnier met à l’honneur quatorze pastels de Jean-Honoré Fragonard acquis en 2020 pour le département des Arts graphiques.

Ces dessins réalisés pour l’Histoire de la Maison de Bourbon sont exceptionnels tant par leur qualité que par leur état de conservation.

Cet accrochage à la Rotonde Sully rend compte de la virtuosité de l’artiste dans le cadre de son travail d’illustration d’ouvrage historique.

 

Illustration
Jean-Honoré Fragonard, Louis Ier de Bourbon, prince de Condé
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre), Michel Urtado

Jusqu'au 13 septembre 2021
Musée du Louvre
Entrée par la Pyramide
75001 Paris

MUSÉE MAILLOL

Uderzo, comme une potion magique

Première rétrospective dédiée à Albert Uderzo (1927-2020), Uderzo comme une potion magique rassemble plus de 250 dessins et documents d’archive de l’artiste, allant de ses cahiers d’école primaire aux incontournables aventures d’Astérix, en passant par Oumpah-Pah, Tanguy et Laverdure, ou encore nombreux autres personnages dessinés.

Le parcours chronologique permet d’apprécier aussi bien l’œuvre que la vie de ce dessinateur qui rêvait, enfant, de devenir « le Disney de la rue de Montreuil ».

Jusqu'au 30 septembre
Musée Maillol
61 rue de Grenelle
75007 Paris

CHÂTEAU DE VERSAILLES

Dessins pour Versailles

Cette exposition s'intéresse aux acquisitions qui complètent, depuis vingt ans, la collection du cabinet des Arts graphiques du château de Versailles. "Dessins pour Versailles, vingt ans d'acquisitions", exposé dans les appartements de Madame de Maintenon, mettra en lumière une centaine d'oeuvres : pastels, gouaches, aquarelles ... souvent conservées en réserves en raison de leur grande fragilité.

Cette exposition présentera une galerie de portraits et scènes de vie de Cour .. parfois étonnants ! Louis XIV représenté en empereur romain, Charles Perrault dessiné par Charles Le Brun, caricatures ou encore dessins à main levée. Elle dévoilera également des dessins préparatoires aux grands décors peints du château de Versailles : des plafonds de la chapelle Royale et du salon d'Hercule, en passant par les dessus-de-porte de la chambre du Roi et du salon de Diane. Elle mettra enfin en lumière les vues, plans et projets architecturaux du château de Versailles depuis l'Ancien Régime jusqu'au début du XXe siècle.

Le visiteur, plongé au cœur de la collection de dessins du château de Versailles, traversera quatre siècles de création graphique et découvrira un Versailles dessiné par les plus grands artistes de leur temps : Charles Le Brun, Charles de la Fosse, François Lemoyne, Richard Mique, Jacques Gondoin, ou encore Lucien Lévy-Dhurmer.

Jusqu'au 3 octobre 2021
Château de Versailles
Place d’Armes – 78000 Versailles

BIBLIOTHÈQUE-MUSÉE DE L'OPÉRA (BNF)

Saint-Saëns : un esprit libre

La BnF et l’Opéra national de Paris célèbrent le centenaire de la disparition de Camille Saint-Saëns (1835 – 1921) à travers l’exposition Saint-Saëns : un esprit libre, première grande rétrospective consacrée au musicien.

À travers quelque 200 pièces -manuscrits musicaux, correspondances, photographies, objets, tableaux, maquettes de décors et de costumes -, elle propose de redécouvrir un artiste étonnant, d’une curiosité insatiable, polyglotte et voyageur infatigable, pianiste virtuose, compositeur de génie et l’un des meilleurs ambassadeurs de la culture française.

 

Illustration
Saint-Saëns en Oriental
Caricature, par Georges Clairin, vers la fin des années 1890
Dessin aquarellé, 37 x 23,5 cm
Musée de Dieppe

Jusqu'au 10 octobre 2021
Bibliothèque-musée de l'Opéra (BnF)
8, rue Scribe
75009 Paris

MAISON DE VICTOR HUGO

Victor Hugo. Dessins. Dans l'intimité du génie

Cette exposition présente de façon exceptionnelle la collection de dessins de Victor Hugo du musée. Dessinateur singulier, d’une entière liberté, son œuvre fascine par sa modernité et sa puissance onirique.

Né du regard sur la nature et de l’imaginaire, créé pour le partage et l’intimité, le dessin chez Hugo engage toute sa personnalité, le poète, l’amoureux autant que l’homme engagé. Du fait de la fragilité des œuvres, l’exposition est une occasion à ne pas manquer de voir réunis autant de chefs-d’œuvre et de feuilles rares pour appréhender le génie artistique de Victor Hugo.

Jusqu'au 21 novembre 2021
Maison de Victor Hugo
6, place des Vosges
75004 Paris

MUSÉE DE L'ARMÉE

Napoléon? Encore !

Ce parcours d’art contemporain est présenté en deux temps : la première partie à partir du 7 mai 2021 ; la seconde partie débutera à partir du 20 octobre 2021.

Pendant deux siècles, la figure de Napoléon a dominé non seulement l’histoire européenne, mais aussi la perception générale de cette dernière, en France mais aussi dans le reste du monde.

Génie pour les uns, ogre pour les autres, Napoléon a été le sujet et l’objet de centaines de milliers d’images, d’œuvres d’art, de livres puis de films, souvent engagés, qui ont durablement marqué l’histoire de l’art et de la culture, de Jacques-Louis David ou Jean-Dominique Ingres à Larry Rivers ou Marcel Broodthaers, de Louis Lumière ou Abel Gance à Youssef Chahine ou Alexander Sokourov.

Les transformations sociales et politiques ont peut-être amoindri sa place explicite dans la pensée contemporaine mais celle-ci reste vive parce que, au-delà de tout jugement de valeur, il a façonné un monde dont nous sommes, consciemment ou non, positivement ou négativement, les héritiers.

Liste des artistes :

Marina Abramović, Adel Abdessemed, Art & Language, Stéphane Calais, Pascal Convert, Hélène Delprat, Damien Deroubaix, Pablo Gosselin, Laurent Grasso, Juliette Green, Fabrice Hyber, Hervé Ingrand, Kapwani Kiwanga, Alexander Kluge avec Georg Baselitz, La Méduse, Ange Leccia, Célia Muller, Yan Morvan, Hans Op de Beeck, Pavel Pepperstein, Edgar Sarin, Julian Schnabel, Shu Rui, Assan Smati, Georges Tony Stoll, Laure Subreville, Agnès Thurnauer, Yan Pei-Ming

 

Illustration
Célia Muller, Delphine 1, 2021, pastels secs sur papier de soie, 100 × 65 cm, collection de l’artiste, Metz.
(C) Célia Muller. © ADAGP, Paris, 2021

Jusqu'au 13 février 2022
Musée de l’Armée
Hôtel national des Invalides
129, rue de Grenelle
75007 Paris